• Michel Chlastacz

FNAUT : une " vision défaitiste de l'avenir du rail "


La Fédération Nationale des Associations d’Usagers des Transports voit dans le rapport Spinetta une « vision défaitiste de l’avenir du rail ». Son contenu lui apparaît « monomodal », puisqu’il « ignore les conditions particulièrement inéquitables de concurrence entre le rail et les autres modes [et] la sous-utilisation du train [dans notre pays] ». Et aussi parce qu’il propose une « contraction inéquitable du réseau ferré [au nom de] la faiblesse des petites lignes sans même s’interroger [sur le fait qu’elle] résulte de celle de [leur]offre, de [leur] dégradation [et] d’une exploitation déplorable de la SNCF à des coûts supérieurs de 40 % à ceux qui sont observés en Allemagne ».

Elle rappelle que depuis des décennies, « beaucoup de petites lignes ont été supprimées au détriment du maillage du réseau, donc des transports du quotidien, sans rétablir la santé financière du rail ».

Elle retient en revanche l’ouverture à la concurrence des TER, l’apurement de la dette, le statut de SNCF Mobilité, la filialisation du fret et l’inclusion des gares dans les périmètre de SNCF Réseau. Et elle approuve l’accent mis sur « le rôle indispensable du rail dans les zones denses ».

Aussi, elle rejette « toute contraction du réseau avant l’introduction de la concurrence et de nouvelles méthodes d’exploitation des petites lignes ». Enfin, la FNAUT note que les innovations « introduites par les opérateurs étrangers » sont potentiellement ignorées dans le rapport.