• Jean-François Bélanger

Laurent Wauquiez veut remettre le POCL sur les rails


Le président du conseil régional d’Auvergne-Rhône-Alpes a saisi l’opportunité de la visite d’Emmanuel Macron dans le Puy-de-Dôme, les 25 et 26 janvier, pour se fendre d’un courrier adressé à l’Elysée visant à remettre le projet de la ligne à grande vitesse Paris-Orléans-Clermont-Lyon (POCL) sur les rails. Il interpelle aussi le président de la République sur le sort des ateliers ferroviaires auvergnats Acc.

Emmanuel Macron est en Auvergne pour présenter ses vœux au monde agricole et visiter l’entreprise Michelin… Et à ce moment il aura pris connaissance du courrier de Laurent Wauquiez lui faisant part des inquiétudes des habitants des territoires quant à l’avenir de la ligne à grande vitesse Paris-Orléans-Clermont-Lyon (POCL).

Le président du conseil régional Auvergne-Rhône-Alpes n’est pas passé à côté du rapport de la Cour des Comptes qui a souligné de nombreux déraillements financiers sur le dossier du Grand Paris, et qui lui sert de détonateur. « Il est très frappant de noter que ce grand projet (POCL, ndlr) est estimé à 13 milliards d’euros, ce qui équivaut à la seule dérive des coûts du Grand Paris Express, que la Cour des Comptes a réévalué la semaine dernière de 25,5 à 38,5 milliards d’euros », argumente Laurent Wauquiez.

Il demande donc à l’Etat de respecter ses engagements pris à l’occasion du Grenelle de l’environnement. Sauf que depuis, le rapport Duron, puis les positions prises autant par le ministre de la Transition écologique et solidaire, Nicolas Hulot, et la ministre des Transports, Elisabeth Borne, les priorités semblent désormais orientées vers les « transports du quotidien ».

Yves Nicolin, le maire de Roanne, une ville qui serait à 2 heures de Paris avec le Pocl, et qui soutient la demande de Laurent Wauquiez, croit savoir que le projet serait bel et bien abandonné.

Sauver les Acc

Par ailleurs, à l’occasion d’une nouvelle visite, le 22 janvier aux ateliers ferroviaires Acc de Clermont-Ferrand, Laurent Wauquiez, a renouvelé l’engagement et la détermination de la Région aux employés et à la direction de l’entreprise. Malgré l’attribution d’un marché de rénovation de 86 rames de la RATP, passé en février 2017, celle-ci connaît de lourdes difficultés financières, et ses 270 emplois sont sous la menace du dépôt de bilan.

« Le président de la République sera en Auvergne en fin de semaine. Il doit venir sur ce chantier, l’Etat doit jouer son rôle et intervenir. Nous attendons un engagement fort et immédiat », a indiqué Laurent Wauquiez pour l’occasion. Il a rapellé par ailleurs que, face à ces difficultés, la Région a décidé de s’engager directement en faveur des Acc avec plusieurs pistes de réflexions : la garantie d’un prêt par la Région, sous réserve d’une approbation de l’Etat, la mobilisation, via le Fonds Régional d’Investissement (FRI), de 1 M€ pour consolider sa trésorerie.

Laurent Wauquiez souhaite aussi obtenir de l’Etat un moratoire et un nouvel étalement des dettes fiscales et sociales afin de permettre à l’entreprise clermontoise de reconstituer sa trésorerie.