• Pierre Cossard

Paris : le nouveau Vélib’ déraille…


Il paraît déjà loin le temps où le système de vélo partagé Vélib’ faisait la fierté de la municipalité parisienne avec ses 300 00 abonnés. Dix ans après son lancement, en 2007, et quelques mois seulement après un changement d’opérateur (exit JC Decaux au profit de la start-up Smovengo en octobre 2017), le service est loin d’être à la hauteur attendue.

Outre une augmentation de tarif souvent mal vécue, le nouveau Vélib’ n’est pour l’instant disponible que dans moins de 100 stations dans la capitale. On est bien loin des 600 initialement annoncées pour le 1er janvier (ramenées à 300 ultérieurement), et le chemin à parcourir pour atteindre les 1 400 attendues au 31 mars prochain paraît d’ores et déjà peu réaliste.

Autres déconvenues largement mise en avant par les diverses associations de cyclistes parisiens : l’impossibilité de décrocher les vélos, un service client injoignable et une application qui ne fonctionnerait pas… Des associations qui réclament pour la plupart des compensations financières, sous la forme d’un minimum de trois mois de gratuité.

A ce que d’aucun qualifie déjà « d’accident industriel » vient s’ajouter la grogne de nombreux parisiens face à la multiplication des travaux en station (rappelons que JC Decaux était « propriétaire » de ces dernières, et que l’ensemble des bornes doivent de ce fait être changées…), tandis que le groupe écologiste au Conseil de Paris a demandé que le syndicat Vélib' Autolib' Métropole « rende compte des conditions » de transmission de la délégation de service public entre les deux délégataires. On pourrait aussi s’interroger sur le coût final et réel de ce changement pour les finances de la capitale…

En attendant, ce sont sans doute les nouveaux services de vélo en libre-service qui répondront aux appétits cyclistes des parisiens.

#Vélo #Vélib