TG Press9 rue du Gué - 92500 - Rueil-Malmaison

 

contacts

Pierre Cossard, éditeur

Laurence Fournet, directrice commerciale

Nicolas Brusson ,   

co-fondateur de BlaBlaCar

BlaBlaBus
à la conquête
de l’Europe

Le processus de rachat de Ouibus par BlaBlacar devrait être finalisé dans le courant de ce mois de juin 2019. La transformation définitive de l’ancienne filiale de la SNCF en BlaBlaBus interviendra ensuite avant la fin de l’année 2019. Rencontre avec Nicolas Brusson, un des co-fondateurs de BlaBlaCar, pour mettre en lumière la stratégie de ce nouvel opérateur de mobilités.

Mobilités Magazine : Le rapprochement entre BlaBlaCar et Ouibus laisse aujourd’hui deux acteurs sur le marché français du SLO*, vous et FlixBus. Comment abordez-vous cette concurrence frontale ?

Nicolas Brusson : Dès cet été, et plus vraisemblablement avant la fin juin, nous lancerons de nouvelles lignes d’autocars en Allemagne, Belgique et Hollande. Dans ces pays, l’alternative à FlixBus, qui domine totalement ces marchés, nous est apparue très attendue. Dans la foulée, nous ouvrirons aussi des liaisons en Italie et en Pologne, nous proposerons des offres combinées BlaBlacar/BlaBlaBus en Espagne et en Grande-Bretagne sur les dessertes locales, et nous renforcerons notre offre en France.

MM : Comment pouvez-vous expliquer simplement l’articulation entre l’offre BlaBlaCar et l’activité SLO de Ouibus ?

NB : En fait, nous disposons de deux réseaux complémentaires. Les quelque 12 millions de passagers BlaBlacar ne sont pas sur les mêmes routes que ceux de Ouibus, le « top 100 » des routes de ce dernier ne sont pas du tout les mêmes que ceux de BlaBlaCar. Pourtant, toutes nos analyses indiquent que ce sont les mêmes utilisateurs, mais avec des cas d’usage différents. C’est un constat que nous pouvons déjà faire après l’intégration de l’offre Ouibus sur la plateforme BlaBlaCar, qui permet de calculer des sous-segments de parcours et de faire une offre en conséquence. A ce jour le réseau Ouibus compte quelque 200 points de ramassage, généralement de ville en ville, quand celui de BlaBlaCar culmine à 250 000. Il est donc facile d’en voir la complémentarité. Notre philosophie reste cependant toujours la même : prendre des parts de marché en augmentant les fréquences avec une offre alternative. 

MM : Qu’elles seront selon vous les conséquences de la concurrence frontale à venir entre vous et FlixBus ?

NB : Il me parait évident que nous allons entrer dans une période de forte agressivité sur les prix. D’un côté, il y aura donc baisse des prix, mais de l’autre, nous enregistrons déjà un taux de remplissage en augmentation de 10 points, ce qui me semble de bon augure. Nous sommes convaincus de la synergie gagnante entre nos deux offres.

 

MM : Qu’en est-il de la rentabilité de l’offre SLO ?

NB : Chacun sait qu’elle n’est aujourd’hui pas rentable, contrairement par exemple à notre offre BlaBlaCar longue distance. Mais nous ne réfléchissons plus de cette façon puisque nous considérons désormais notre offre de mobilité dans son ensemble, en y intégrant notre offre BlaBlaLines qui concerne les liaisons domicile/travail.

 

MM : Comment vos partenaires opérateurs vivent-ils la transition entre Ouibus et BlaBlaBus ?

NB : Nous honorons tous nos contrats, mais nous renégocions avec les opérateurs selon un principe de partage des recettes, et là tout est fonction de leur appétence au risque. De ce fait, nous voyons arriver une nouvelle génération de transporteurs, et nous sommes en train de signer une vingtaine de nouveaux contrats.

MM : Qu’elle est votre vision de ce marché à moyens termes ?

NB : Il y a, à mon sens, encore de l’élasticité dans l’offre modale. Je pense que la demande devrait encore augmenter plus que l’offre. Et même s’il me paraît encore un peu tôt pour dire exactement comment ce marché va s’équilibrer, je suis convaincu que le covoiturage sera choisi pour des raisons de proximité, tandis que l’autocar trouvera toute sa pertinence sur les liaisons à plus longue distance. Pour l’instant, nous nous attachons ici à marier deux cultures.

 

 

*Service (d’autocar) Librement Organisé.