Réseau

Mulhouse reconduit Transdev 

Christine Cabiron

Transdev poursuivra l’exploitation du réseau urbain de Mulhouse jusqu’en 2025. Sur cette durée, l’opérateur s’est engagé à accroître la fréquentation de + 9%. Pour cela, une restructuration de l’offre est prévue en septembre 2019.

Seul candidat à sa succession, le groupe Transdev repart pour six ans à Mulhouse. Ainsi en ont décidé à l’unanimité les élus de la communauté d’agglomération le 5 novembre 2018. Le nouveau contrat de délégation de service public prendra effet le 1erjanvier 2019. 

 

Dans cette collectivité qui compte 39 communes et 273 000 habitants, Transdev gère trois lignes de tramway, une ligne de tram/train, un bus à haut niveau de service, 25 lignes de bus et du transport à la demande. Soit un réseau qui réalise quotidiennement 110 000 voyages, dont 55% sont réalisés dans le tramway. 

 

Baisse de la contribution forfaitaire

Dans le cadre de ses nouvelles attributions, Transdev devra dépoussiérer l’offre de transport. En cause : des lignes qui au fil du temps ont perdu de la lisibilité. « Le réseau date de 2006, lorsque nous avons mis en service les deux lignes de tramway. A l’époque le réseau de bus avait été organisé en rabattement vers ce mode. Or, suite aux différentes extensions du périmètre de transport urbain, les lignes de bus ont été étendues et ont fini par perdre en efficacité », explique Denis Rambaud, vice-président en charge des mobilités au sein de Mulhouse agglomération.

 

C’est pourquoi, les élus et leur délégataire ont planché pendant plus d’un an et demi à une nouvelle offre. Celle-ci sera mise en place en septembre 2019 avec un principe : une hiérarchisation des services. En tête, le tramway, suivi de quatre lignes Chrono organisées sur des axes Est/Ouest et Nord/Sud. Leur particularité : des fréquences à 10 minutes en heure de pointe et de 15 minutes en heures creuses. Viendront ensuite des lignes principales et de proximité. Le TAD sera pour sa part développé et étendu aux zones peu denses. 

 

Si dans le nouveau contrat, le nombre de kilomètres à parcourir restera sensiblement le même, la contribution versée par la collectivité baissera de 2M€. Elle s’établira dés 2019 à 34,5 M€ par an. « Cette baisse est le fruit des négociations menées avec Transdev. Elle est aussi liée à des effets fiscaux et à de gains de productivité. Sur certaines lignes, les temps de battement étaient très longs. Par ailleurs, nous allons travailler avec chaque commune pour procéder à des aménagements urbains afin d’augmenter la vitesse commerciale des bus ».

 

Cap sur le gaz

Autre nouveauté annoncée : le « basculement » du parc vers une motorisation au GNV, à raison de 5 à 6 bus par an. Actuellement les 130 bus de Soléa fonctionnent au diesel. « Nous avons choisi le gaz car il est prévu de construire une unité de biogaz à côté de l’usine d’incinération des déchets. En utilisant cette énergie nous voulons créer un circuit court d’approvisionnement : nous produirons le biogaz que nous consommerons », poursuit le vice-président.

 

Toujours au chapitre des carburants « propres », Mulhouse agglomération, va réceptionner mi novembre 2018, cinq bus électriques fabriqués par Heuliez Bus. « Nous allons les tester pour savoir s’il y a une différence entre la fiche technique du constructeur et celle de l’exploitant ». 

Hausse de la fréquentation 

Cette collectivité envisage également d’élargir la palette de services inclus dans le compte mobilité. Cette innovation, lancée en septembre 2018, permet d’accéder à l’ensemble des modes de déplacement de l’agglomération via une application unique. A savoir : les bus et trams de Soléa, les vélos en libre-service VeloCité, les voitures en autopartage de Citiz, à deux parcs de stationnement, et à Mediacycles qui propose de la location et du gardiennage de vélos. 

 

Ces services sont accessibles en un clic, payables en fin de mois. Un système de post-paiement que la collectivité souhaite étendre. « La simplicité de cette application doit nous permettre de conquérir de nouveaux clients, notamment les personnes actives », précise Denis Rambaud. Pour cela il est prévu d’intégrer prochainement l’ensemble de l’offre de stationnement de la ville de Mulhouse, la location de vélos à assistance électrique (la collectivité en a achetés 600). « En janvier 2019, nous pourrons également décrocher un VLS avec cette appli ».

 

L’ensemble de ces mesures devrait contribuer à accroître de 9% la fréquentation à la fin du contrat de DSP en 2025. « Actuellement, nous estimons que les transports publics ont une part modale de 15% dans les déplacements que nous souhaitons accroître, bien évidemment ». 

M. Denis Rambaud, vice-président en charge des mobilités au sein de Mulhouse agglomération.

Thierry Mallet, PDG de Transdev.

TG Press9 rue du Gué - 92500 - Rueil-Malmaison

 

contacts

Pierre Cossard, éditeur

Laurence Fournet, directrice commerciale