Marc Delayer, 

président de la Centrale d’Achat des Transports Publics

La CATP est devenue incontournable

La CATP vient de clore son processus de référencement pour les autobus urbains en fonctionnement thermique ou hybride. Le dernier datait de 2014. Le moment apparaît donc idéal pour faire le point sur cette démarche et en tirer les premiers enseignements avec Marc Delayer, le président de la CATP.

Mobilités Magazine : Vous venez de terminer le référencement des bus thermiques et hybrides, que regroupent précisément ces catégories ?

Marc Delayer : Dans le détail, il concerne les bus urbains fonctionnant au Diesel en 12 et 18m, les mêmes fonctionnant au gaz, les hybrides dans ces dimensions, un 12m en mild-hybride et un véhicule électrique dit à faible rayon de braquage, en l’occurrence l’Aptis d’Alstom. 

 

M.M. : L’électrique ou l’hydrogène ont-ils été volontairement mis de côté ?

M.D. : Non, nous avons tout simplement besoin d’un peu plus de temps. D’abord parce que la réglementation concernant ces types de véhicules est avant tout européenne, et que cette technologie impose une vraie adaptation au contexte local. Ceci dit, la pression du marché et l’actualité du moment étant ce qu’elles sont, nous travaillons bien entendu sur ce référencement, et devrions pouvoir aboutir dans le courant 2019. Nous sommes aujourd’hui en discussion avec tous les acteurs du secteur, qui participent activement à la discussion. L’Aptis est une exception, car nous avions déjà procédé à son référencement à l’échelle européenne, comme d’ailleurs pour Irizar à l’époque. Enfin, nous espérons pouvoir sortir un référencement sur les autocars d’ici à la fin de l’année prochaine. 

M.M. : Quels premiers enseignements tirez-vous de vos résultats ?

M.D. : D’abord que l’on retrouve à peu près toutes les marques bien présentes sur le marché français, mais pas partout. On notera par exemple la disparition de Solaris. Cependant, le processus est le fruit d’une volonté d’exigence qui s’impose à la fois à nos équipes et aux constructeurs. Nos techniciens et juristes, comme d’ailleurs nos interlocuteurs industriels, sont réellement poussés dans leurs retranchements. 

M.M. : Les industriels justement, acceptent-ils facilement vos conclusions ?

M.D. : Bien sûr, nous réalisons des synthèses de nos travaux, et le travail de négociations mené par nos équipes permet généralement à tous les partis de bien comprendre les raisons de nos choix. Ceci dit, la procédure nous oblige à laisser un délai de recours, qui s’est clos le 10 décembre.  

M.M : Êtes-vous pleinement satisfaits des coûts négociés avec les industriels ?

M.D. : La CATP est aujourd’hui devenue quasi incontournable, ce qui nous a permis d’obtenir des coûts à mon sens pertinent. En 2017, 400 véhicules ont été vendus par notre intermédiaire, et le marché à venir pourrait  rapidement atteindre 1000 véhicules. L’Ile-de-France, avec 350 véhicules par an pendant les trois années à venir, mais aussi neuf des dix plus importantes agglomérations françaises nous font aujourd’hui confiance (à l’exception de Nantes, NDLR), sans oublier l’ensemble des collectivités de moindre taille qui font aussi appel à la CATP…  

M.M : Votre chiffre d’affaires devrait donc logiquement bondir ?

M.D. : En 2017, nous avions atteint 100 M€ de chiffre d’affaires global, il est donc plus que probable que nous dépassions largement ce chiffre si, comme nous l’envisageons, nous touchions rapidement un marché de l’ordre de 1000 véhicules. . 

M. M. : Quels sont les autres domaines sur lesquels planchent aujourd’hui la quinzaine de personnes travaillant pour la CATP ?

M.D. : Nous réfléchissons aux offres de vélos ou de trottinettes, mais aussi aux assistants à maîtrise d’ouvrage. Par ailleurs, nous allons lancer un outil de covoiturage, ainsi qu’un outil de transport à la demande. La difficulté à laquelle nous nous heurtons tient toujours à la diversité des collectivités et à la nécessaire capacité d’adaptation des produits que nous référençons. C’est pour cela, par exemple, que nous avons agi sur le marché des SAEIV pour obtenir une réponse universelle, il en va de l’intérêt des clients de la CATP.  

La nouvelle offre CATP

 

. Autobus 12 m : Evobus, Heuliez, Iveco, MAN

. Autobus 18 m : Evobus, Heuliez, Iveco, Scania

. Autobus 12 m Gaz : Evobus, Heuliez, Iveco, Scania

. Autobus 18 m Gaz : Evobus, Iveco, MAN, Scania

. Autobus 12 m Hybride : Heuliez, Iveco, Volvo

. Autobus 18 m Hybride : Heuliez, Iveco, Volvo

. Autobus 12 m Mild-hybride : MAN

. Autobus 12 m Electrique à faible rayon de braquage : Alstom

TG Press9 rue du Gué - 92500 - Rueil-Malmaison

 

contacts

Pierre Cossard, éditeur

Laurence Fournet, directrice commerciale