KE’OP, Bordeaux se lance dans la mobilité partagée

Christine Cabiron

Keolis a lancé dans l’ouest bordelais un service de transport à la demande dynamique et partagé. L’objectif : regrouper en temps réel des passagers dans des monospaces de 8 places. Cette nouvelle solution de déplacement vise à desservir des secteurs moyennement denses.

Depuis le 7 novembre 2018, sept monospace estampillés KE’OP circulent dans les rues de Pessac, Mérignac et Le Haillan. Leur vocation : enrichir la palette des déplacements avec un transport à la demande partagé. Pour réserver son voyage, il suffit de télécharger sur son Smartphone l’appli KE’OP, développée par la société israélo-américaine Via. 

 

« Via a conçu un algorithme très puissant qui optimise en temps réel le parcours et le taux de remplissage des véhicules à chaque réservation», indique Scheherazade Zekri, directrice des nouvelles mobilités au sein de Keolis. Ce qui évite les détours pendant les trajets, tout en proposant des points de prises en charge et de dépose optimaux. Côté opérateur, cet algorithme garantit une maîtrise, voire une réduction, des coûts de fonctionnement. « C’est ce qui différencie KE’OP des systèmes de transport à la demande classiques ».

 

50 km² desservis

Pour mener cette expérimentation, qui va durer 18 mois et dont l’objectif est de limiter l’usage de la voiture individuelle, Keolis a choisi un secteur moyennement dense. Ces trois communes s’étendent sur environ 50 km² et comptent 100 000 habitants. Une densité de population ne justifiant pas la création de lignes de bus structurantes. 

 

Pour autant, la présence d’un campus universitaire, de plusieurs centres hospitaliers, de l’aéroport de Bordeaux, de zones résidentielles et d’activités génèrent de nombreux déplacements. « Notre conviction est que la mobilité de demain sera partagée », poursuit la responsable. D’où l’idée de créer KE’OP. La gestion et l’exploitation de ce service ont été confiées à Keolis Gironde, une filiale interurbaine du groupe. Pour cela, quinze salariés ont été recrutés et trois autres monospaces arriveront en janvier 2019. Il s’agit de Mercedes-Benz Classe V, dotés de 8 places.

 

Prix unique à 5€

KE’OP fonctionne du lundi au samedi, de 6h à 21h. Chaque trajet est facturé au prix unique de 5€, quelle soit la durée et la distance parcourue. « C’est le prix qu’un client accepte de payer pour bénéficier d’un service Premium qualitatif ». Qualitatif pour le confort (les véhicules sont dotés de fauteuils individuels en cuir), mais aussi pour la réactivité. S’il est possible de réserver son voyage un mois à l’avance, il est également possible de disposer d’un véhicule à la dernière minute. « Pour les demandes immédiates, nous garantissons une prise en charge dans les 15 minutes», affirme la responsable. 

 

Contrairement à un système de TAD classique, la prise en charge des passagers ne s’effectue pas à des points d’arrêts définis, tels que des stations de bus, mais dans la rue. « Une fois le client géolocalisé, l’application lui précise le lieu de rendez-vous et l’invite généralement à marcher quelques mètres pour rejoindre le véhicule», indique Scheherazade Zekri. « En utilisant la rue comme des arrêts virtuels, nous donnons une nouvelle dimension au transport à la demande et à la mobilité ». 

 

400 courses par jour

Pour réduire les délais d’approche et le temps d’attente, Keolis a répertorié des espaces de stationnement où les véhicules sont positionnés quand ils ne sont pas en déplacement. « Grâce à l’intelligence artificielle, plus nous effectuerons de courses, plus nous serons en capacité d’analyser les flux. Nous serons alors en mesure de positionner les conducteurs aux endroits les plus pertinents». 

 

Si ce service répond aux déplacements internes à ce secteur géographie, il a été également pensé pour être connecté au reste du réseau de Bordeaux Métropole. Notamment en rabattement vers les lignes A et B du tramway et vers quatre lignes de bus à haut niveau de service, les Lianes. « KE’OP est une réelle alternative à l’usage de la voiture individuelle et un moyen pour réduire la congestion urbaine grâce au partage des véhicules », poursuit Scheherazade Zekri. En matière de fréquentation, le transporteur table sur 400 courses par jour.

 

2 passagers par véhicule en Australie

Si pour Keolis, ce type de service est une première en France, le groupe l’a déjà développé en Australie et aux Etats-Unis. Les habitants de Newcastel en bénéficient depuis janvier 2018 et ceux de Sydney depuis le printemps dernier. Seule différence : les véhicules. 

 

Il s’agit de minibus pour Newcastel et de Berlines pour Sydney. « Dans cette ville, 8 000 courses sont en enregistrées chaque jour avec un taux de groupage de 25%, soit en moyenne deux passagers par véhicule». Aux USA, c’est dans le Comté d’Orange en Californie que Keolis a développé ce système de transport à la demande où il est opéré avec des vans depuis octobre 2018.

 

TG Press9 rue du Gué - 92500 - Rueil-Malmaison

 

contacts

Pierre Cossard, éditeur

Laurence Fournet, directrice commerciale