Design ferroviaire 

Les atouts de l’indépendance

Michel Chlastacz

25/03/2019

Alors que les grands groupes industriels du ferroviaire ont plus ou moins intégré leur processus de design, il existe un grand nombre d’entreprises indépendantes qui, dans ce domaine majeur de création et de concrétisation de l’image des matériels roulants, proposent leur savoir-faire aux divers constructeurs ferroviaires. Les grands, les moyens et les plus petits. Un atout d’inventivité et de souplesse ... et de succès comme le montre l’exemple de MBD Design.

0-MBD-1.jpg

« Nous avons la particularité - peu courante -  d’associer la compétence du design avec celle de la fabrication », explique Christophe Le Blanc, Pdg de MBD Design, de Noma Composites et de MBD Technologies. Une sorte de « triple casquette » qui résumerait les étapes de l’histoire d’une entreprise désormais presque cinquantenaire, et dont les fondateurs s’étaient illustrés dans le domaine alors peu exploré du design ferroviaire.

 

Au fil du temps, avec une nouvelle équipe,  elle s’est enrichie de nouvelles activités. « Avec l’acquisition de Noma, nous avons acquis l’expérience de la fabrication de pièces de grande taille (de type nez d’engins moteurs, ndlr.) et celle de les designer de façon innovante depuis la conception jusqu’à la réalisation d’un prototype en passant par la maquette », explique Christophe Le Blanc.

 

La démarche inclue également la rénovation de matériels roulants, les ateliers de la SNCF étant dans ce domaine des clients récurrents.

L’expérience MBD Design intéresse également les grands groupes de l’industrie ferroviaire, même ceux qui disposent en interne de leurs propres services de design, puisque MBD a travaillé aussi bien pour Alstom et pour Bombardier que pour CAF et Talgo, ou pour des grands groupes mondiaux qui n’ont pas de design intégré comme le Chinois CRRC et le Coréen Hyundai Rotem.

 

 

Dans ce marché, « la nationalité d’origine du constructeur n’est pas vraiment un frein », admet Christophe Le Blanc en indiquant que les divers services de MBD et ses « annexes » réalisent la moitié de leur chiffre d’affaires à l’export.

 

Toutefois, la vigueur du marché français reste particulièrement forte, et l’entreprise a participé aussi bien à la conception des rames du futur métro automatique du Grand Paris Express pour l’un des groupes participant à l’appel d’offres, qu’à des opérations de rénovations de matériels existants (métro de Lyon, etc.).

 

L’expansion de MBD Design s’accompagnera d’une offre plus large et plus développée permettant notamment de profiter de la décentralisation l’évolution de la politique des achats des constructeurs et des opérateurs.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Côté marché des  transports publics, il s’agit de toucher les opérateurs avec une présentation pointue qui intègrerait par exemple des films d’animation et des outils de réalité virtuelle.

 

S’ajoute  l’élargissement de la ligne des produits, notamment en intégrant dans l’offre ceux qui touchent à l’aménagement urbain comme le design des mobiliers de stations et des systèmes d’information aux voyageurs. Sans oublier l’ « apport  design » au profit de modes de transports moins conventionnels, comme les différents transports par câbles, les ferries et les navettes fluviales…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

« Concrètement ce développement peut prendre la forme de l’acquisition d’un bureau d’études et d’ingénierie qui serait ouvert à tous les constructeurs », annonce Christophe Le Blanc, qui imagine également l’installation d’activités de Noma Composites dans un pays « low-cost », ce qui  pourrait être un atout de compétitivité dans le processus de fabrication des composants.

 

0-MBD-2.jpg
0-MBD-3.jpg
0-MBD-4.jpg
0-MBD-5.jpg
0-MBD-6.jpg