TG Press9 rue du Gué - 92500 - Rueil-Malmaison

 

contacts

Pierre Cossard, éditeur

Laurence Fournet, directrice commerciale

Industrie

Daimler Truck & Buses

prépare une stratégie régionale

Jean-Philippe Pastre

11/11/2019

Face aux exigences réglementaires en terme d'émissions de CO2 en Europe, Japon et Amérique du nord (Canada et Etats-Unis), le groupe Daimler Trucks & Buses prépare une offre dédiée. L'objectif revendiqué est « une flotte de véhicules totalement neutre en CO2 d'ici 2039 ».

Sans surprise, ce sont ces zones qui auront droit aux premiers véhicules électriques du groupe. Un point déjà engagé en Europe avec l'autobus eCitaro ou l'utilitaire Fuso eCanter. Mais le programme annoncé touchera toutes les marques et gammes de véhicules industriels du groupe.

Ceci explique, entre autres, les nombreux accords et rachats entrepris ces derniers mois par Daimler : Akasol, puis Blue Solutions, investissement dans Proterra aux Etats-Unis, et enfin accord avec le chinois CATL.

Une production dès 2020

Dans la même annonce, Daimler évoque ses prototypes autour de la pile à combustible (le camion Fuso F-Cell révélé au Tokyo Motor Show début novembre 2019), dont certains modèles sont annoncés en série dès... 2020 !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour l'autobus Mercedes-Benz eCitaro, le prolongateur d'autonomie à pile à combustible est toujours annoncé pour un début de production en 2022.

Outre les véhicules, les usines sont concernées par ce plan visant la neutralité carbone. Tous les sites des régions précitées visent cet objectif à l'échéance 2022.

Vision à longs termes

Martin Daum, Membre du Board of Management de Daimler AG, en charge de Trucks & Buses, a déclaré son lors de l’International Supply Chain Conference de Berlin, le 7 novembre 2019 : « Chez Daimler Trucks & Buses nous sommes clairement attachés aux objectifs de l’accord de Paris sur le climat (...) Un transport neutre en CO2 d’ici à 2050 est notre but ultime. Cet objectif ne pourra être atteint que si les conditions de coût et d’infrastructures pour nos clients sont réunies (...). Comme il faut environ 10 ans pour renouveler une flotte, notre objectif étant 2050, notre ambition est de proposer dès 2039 des véhicules neutres localement en CO2 « du puits à la roue ». (…) Grâce à notre approche holistique en matière d’e-mobilité dans le secteur du transport de personnes, qui consiste en un service de bus électrique et de conseil, nous apportons déjà une contribution significative au transport public sans émission de demain et au contrôle de la pollution atmosphérique en milieu urbain ».

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les états doivent investir

« Les camions et bus localement neutres en CO2 ne se vendent pas d’eux-mêmes, car même en 2040 - malgré les efforts des constructeurs - l’acquisition et le coût total d’utilisation des camions et bus avec motorisation électrique seront toujours plus élevés que celui des véhicules gazole. Nous avons donc besoin d’incitations gouvernementales pour rendre les camions et bus locaux neutres en CO2. Il est ainsi particulièrement nécessaire que le coût des péages en Europe soit basé sur les valeurs du CO2 afin que les véhicules neutres en CO2 soient avantagés, tout comme les coûts de développement des infrastructures en matière de recharge et d’avitaillement en hydrogène soient pris en charge par un plan national, sans oublier d’unifier les standards en cette matière », continue Martin Daum.