A Nantes, JCDecaux fait les marchés 

Hubert Heulot 

Un camion et une remorque pour aller louer les vélos partout, c’est finalement le moyen - des plus basiques - que JCDecaux a trouvé pour faire s’envoler la pratique du vélo à Nantes. 

Un camion et une remorque pour aller louer les vélos partout, c’est finalement le moyen - des plus basiques - que JCDecaux a trouvé pour faire s’envoler la pratique du vélo à Nantes. 

 

Depuis deux semaines, il court les marchés, les braderies, les bibliothèques, les fêtes du vélo tenues dans le cadre de la semaine de la mobilité. Deux endroits par jour, une commune différente à chaque fois, il aura bientôt fait un premier tour des 24 communes de l’agglomération. 

 

« Pour le moment, ça marche plutôt bien. Les gens pensent que l’on vend des vélos. Ils sont surpris quand ils voient le prix auquel on les leur propose : un vélo électrique de classique valant 2500 euros, à 20 euros par mois pendant un an ! Les vélos-cargo aussi ont beaucoup de succès. Les gens essaient sur place. Puis s’inscrivent. C’est assez simple pour eux. S’ils sont intéressés, je les aide à s’inscrire sur notre site internet. Ils peuvent y retourner par eux-mêmes pour choisir le vélo qui leur va ou le faire tout de suite. On les appellera ensuite pour leur indiquer à quel moment leur vélo leur sera livré», raconte Emmanuelle Gautier la jeune salariée ambulante de JCDecaux.

 

« Sas vers l’acquisition d’un vélo »

Elle repassera avec son camion. D’ici un mois, ce sera au rythme moins soutenu d’une demi-journée par mois. Mais elle aura encore pendant un bon moment le soin d’informer les habitants sur le nouveau système de location de vélos. 

 

Au passage, elle livrera des vélos réservés et proposera des vérifications de base des bicyclettes déjà louées (serrer les freins, regonfler les pneus, vérifier les lumières, la charge de la batterie). JCDecaux en a 1000 à distribuer le plus vite possible. Il ira jusqu’à 2000. 

 

Les tournées de la Bicloo Mobile (Bicloo est le nom générique du service de location de vélo à Nantes, en commençant par le vélo en libre-service dans l’hypercentre) dureront deux ans, jusqu’en décembre 2020.

 

La caravane (une remorque pourra au besoin être attachée au camion pour transporter au total une douzaine de vélos) n’est, par sa couleur, son image, que la représentante ambulante de la « Maison bicloo », installée en plein centre de Nantes, auprès de laquelle les habitants trouvent les mêmes services : information, location (deux personnes à plein temps) et réparation (trois mécaniciens à l’atelier).

 

La location d’un vélo n’est permise que pendant un an. Elle est conçue comme un « sas vers l’acquisition » d’un vélo personnel. Mais c’est de cette façon que la ville de Nantes espère faire grimper la part du vélo à 12% (3% actuellement) des déplacements en 2030. C’est la mission que JCDecaux a reçue, espérant en catimini que son contrat, prévu jusqu’en 2024, durera au moins 10 ans.

 

La bicloo Mobile présente sept types de vélos, électriques ou pas, cargo, pour personnes à mobilité réduite. Gros avantage, elle permet de faire essayer les vélos sur place. (Photo Hubert Heulot)

Avec la remorque, JCDecaux peut emporter une douzaine de vélos, pour démonstration ou les livrer. (Photo Hubert Heulot)

Emmanuelle Gautier prend place, par demi-journées, dans les 24 communes de l’agglomération pour informer sur le nouveau service, inscrire les personnes intéressées et livrer les vélos déjà réservés sur le site internet ou par l’application mobile. (Photo Hubert Heulot)

TG Press9 rue du Gué - 92500 - Rueil-Malmaison

 

contacts

Pierre Cossard, éditeur

Laurence Fournet, directrice commerciale